Masques anti-particules fines : la protection idéale pour les deux-roues !

Si vous avez pour habitude de rouler en scooter ou à moto pour vous rendre au travail, alors vous êtes forcément soumis à la pollution atmosphérique. En plus, les deux-roues sont beaucoup plus impactés par ce type de problème dans la mesure où ils respirent plus fréquemment les gaz d’échappement. C’est la raison pour laquelle vous aurez tout intérêt à vous protéger avec des masques anti-particules fines qui viendront filtrer tous les agents nocifs pour votre santé. Quant à bien les choisir, voici quelques conseils !

À quoi sert un masque anti-pollution ? 

Que ce soit à vélo, en scooter ou à moto, vous avez forcément déjà expérimenté la sensation d’avoir la gorge irritée ou le nez qui coule. En cause ? La pollution par les particules fines à laquelle les deux-roues sont particulièrement exposés. Car contrairement à ce que l’on pourrait croire, le casque ne protège en rien de ce genre de pollution. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il est impératif de miser sur des masques anti-particules fines pour l’éviter.

Grâce à un système de filtre, ils permettent de limiter l’inhalation des particules tout en éliminant le risque de respirer des gaz toxiques ou des allergènes. C’est donc un moyen de protection idéal pour toutes les personnes qui ont tendance à fréquenter les grandes agglomérations pour des trajets quotidiens.  

Pourquoi est-ce un geste important ?

Il faut savoir qu’en ville, l’un des principaux risques d’exposition à la pollution reste celui des particules fines. Or, la France est la championne d’Europe avec une émission d’environ 164 000 tonnes de PM2,5 rejetées dans l’atmosphère tous les ans. Concrètement, ce sont des particules qui peuvent provenir des chauffages domestiques, de l’industrie, du trafic routier avec les gaz échappement, l’usure de la chaussée ou l’usure des pneumatiques.  

Le souci, c’est qu’elles sont particulièrement nocives pour notre santé et plus particulièrement pour les personnes qui roulent tous les jours en deux-roues. À terme, elles peuvent même provoquer des maladies respiratoires telles que l’asthme, la bronchiolite ou encore, l’insuffisance respiratoire. Par ailleurs, certaines études scientifiques montrent qu’aujourd’hui, elles sont impliquées dans le développement de certaines maladies neurologiques et cognitives tout comme dans le diabète.

Quelles sont les normes à connaître ?

Pour que les masques anti-particules fines soient efficaces, ils devront répondre à la norme européenne EN149. De même, il faut savoir qu’aujourd’hui, il existe différents systèmes de filtration pour les masques antipollution de la classe FFP.  

  • FFP1 : il s’agit d’un masque qui pourra filtrer jusqu’à 78 % des particules en suspension. Idéal pour la protection contre les poussières, il sera principalement conseillé pour les cyclistes.
  • FFP2 : ici, le système de filtration grimpe à 92 % pour les particules fines. Non seulement, il est capable de protéger contre les poussières, mais en plus, les particules toxiques telles que les substances chimiques ou les virus.
  • FFP3 : avec 98 % de filtration, c’est le masque anti-particules fines le plus performant sur le marché. Généralement, il est utilisé pour protéger de particules extrêmement fines comme celles de l’amiante, du plomb ou des fibres céramiques que l’on retrouve traditionnellement du côté du bâtiment.

Enfin, sachez qu’aux États-Unis, il existe également des normes similaires aux normes européennes pour les masques antipollution. Ainsi, la classe N95 correspondra à celle de la FFP2 alors que la classe N99 et N100 feront référence à la classe FFP3. 

Quels sont les principaux fabricants ? 

Que ce soit en magasin spécialisé pour l’équipement de la moto, ou en ligne, on retrouve de plus en plus de masques anti-particules fines. En revanche, il faudra toujours être vigilant à la certification FFP qui n’est pas toujours garantie ! Alors en bref, voici donc un petit tour des principaux fabricants, testés et approuvés !

R-PUR

C’est certainement le fabricant qui vous proposera le meilleur système de filtration à l’heure actuelle. Avec un dispositif qui va même au-delà du FFP3, il est capable de filtrer les particules les plus fines pour une protection renforcée. En plus, il intègre un système innovant avec une application sur smartphone capable de calculer la date à laquelle il faudra changer le filtre. Ultra léger, c’est un masque anti-particules fines compatible avec un casque intégral et qui reste garanti à vie. Le blog lemotardmasque.com fait une revue complète du masque ici.

Vogmask

Ultraléger, c’est un modèle qui conviendra idéalement à tous ceux qui décident de miser sur du confort au quotidien. Disponible dans plus de 30 couleurs et motifs différents, il permet de pouvoir jouer facilement sur le style ! Homologué FFP1, le filtre est directement cousu sur le masque antipollution et vous devrez donc le changer intégralement au bout de 400 heures d’utilisation.

Respro Techno

Meilleur rapport qualité-prix du marché, il s’agit d’un masque ultra léger qui est également compatible avec le casque de moto intégral. Par ailleurs, il offre un dispositif de filtration FFP1 qui permettra de filtrer en grosse partie les particules fines. Idéal pour les cyclistes, il est également adapté pour tous ceux qui souhaitent rouler à trottinette. En effet, ils sont beaucoup plus respirants que les précédents et conviennent donc parfaitement pour une activité extérieure intensive.

Rouler à deux-roues ne doit pas se faire au détriment de votre santé ! C’est la raison pour laquelle vous aurez tout intérêt à vous tourner vers des masques anti-particules fines spécialement pensés pour lutter contre la pollution atmosphérique, et qui vous garantiront un maximum de confort au quotidien. Il ne reste plus qu’à choisir le vôtre !